Le coup de la panne 1


Mercredi, les Poussinous sont partis pour quelques jours chez Papy et Mamie en Bourgogne. Je n’aime pas les laisser mais les grands parents étaient très demandeurs et les petits vraiment contents d’y aller, que nous accepté. C’est la 2ème fois depuis la naissance de Poussin, alors tu imagines. Chéri a pris quelques jours de congés, pour que nous puissions profiter aussi un peu à 2. Et voilà qu’il me fait le coup de la panne….

Le 1er jour, après le départ de mes parents et nos enfants, nous sommes allés voir l’agence de voyage pour réserver un petit séjour en Irlande tous les 4 pour nos 10 ans de mariage qui approchent. Quand l’agent de voyage nous a parlé de pièce d’identité, nous avons dit presque en choeur « oui oui elles sont en cours de validité ». Ce n’est que le soir vers 20h30 que j’ai réalisé que Poussinet n’avait PAS de carte d’identité…

Le deuxième jour, donc jeudi, nous avons couru à la mairie pour tenter de trouver une solution. J’ai envoyé mon père faire faire des photos d’identité conforme à notre fils tout cela en vain puisqu’après trois ou quatre aller retour en mairie nous n’avons pas pu déposer le dossier… On s’est renseigné on ne peut pas non plus le déposer sur notre lieu de vacances car les délais là-bas sont beaucoup plus longs. Nous n’irons donc pas en Irlande, soit !
IMG_5299

Le troisième jour, vendredi 14 juillet donc Chéri m’a dit aujourd’hui on va profiter un peu et on va se détendre et nous sommes partis direction l’île de Porquerolles à presque deux heures de route de chez nous. Nous avons passé une super demi-journée ! C’était tellement chouette que ça mérite que j’en fasse un article complet ! Nous sommes repartis vers 15 heures direction la maison. On était content dans la voiture qui sortait de révision, on faisait des projets, on avait fait une super balade, je n’avais presque plus mal aux fesses à cause du vélo. Puis un voyant rouge s’est allumé et le régulateur de vitesse a sauté.

On connaît la signification de certains mais lui ? Ni une ni deux je sors le bouquin d’entretiens,… Chapitre trois « témoins lumineux »… « Si le témoin est allumé rouge fixe il s’agit d’une anomalie ». Sans blague ?! Merci pour l’info on s’en serait pas douté ! On s’arrête à la première heure, on coupe le moteur une dizaine de minutes, des fois que le voyant s’éteindrait comme par magie. En plus on est embêté, on est à 80 km de la maison et on a pas d’autres choix que de rentrer ! On repart, le voyant est toujours allumé mais pas de bruit suspect, pas de fumée, ça va aller ! Tu noteras que pour une fois j’étais optimiste !… J’aurais pas dû.
Quelques kilomètres plus loin, genre deux ou trois depuis que le voyant s’est allumé, la vitesse diminue toute seule 90–70–50–40–30–20–10- STOP ! Bien entendu nous avions mis les warning, nous avions commencé à nous mettre sur la droite il y avait une voix d’insertion donc nous n’avons pas pu la faire s’arrêter complètement sur la bande d’arrêts d’urgence.

IMG_5343

IMG_5351

On se retrouve donc comme deux cons (que nous sommes) arrêté sur l’autoroute limitée à 130 km heures donc avec le cul de la voiture qui dépasse sur la première voie de circulation et à la fin de la bretelle d’insertion… À 75 km de chez nous. À peine le temps de réfléchir nous sortons tous les deux côté passager est sautons par-dessus le muret en béton (je me suis râpé l’intérieur de la cuisse en sautant). Ensuite, nous nous éloignons rapidement parce que si la voiture se fait percuter on est mal !

Et maintenant on fait quoi ? Il n’y a pas de borne orange pour appeler les secours, avec la panique je ne trouve aucun numéro de téléphone. Je finis par trouver le numéro de l’assistance, heureusement qu’Internet fonctionnait. J’appelle ensuite la police et 30 longues minutes plus tard le dépanneur arrive.

Il est gentil et rassurant et nous y après avoir ouvert le capot que c’est la durites turbo, un problème récurrent chez Nissan. Il manque la voiture sur le plateau de remorquage et décide de déposer la voiture devant un garage d’un petit bled à côté de là où nous sommes tombés en panne. Il a quand même refusé de nous ramener la voiture un peu plus près de chez nous, mais il a vu avec l’assurance et tout est ok. Nous sommes le 14 juillet, tout est fermé, il a fait 6 km pour 290 € ce qui me semble excessif mais il nous a quand même un peu sauvé et puis c’est pris en charge par l’assurance… Il gare notre voiture devant le portail rouillé et s’en va. L’assurance nous avons un taxi qui nous ramène chez nous… 75 km et 200 € plus tard (eux aussi heureusement pris en charge) nous nous retrouvons comme deux idiots, piétons et ne pouvant rien faire avant lundi. Ça va être long qu’on s’est dit !

IMG_5352

IMG_5364

(Oui elle est archi sale parce qu’il a plu de la pluie/boue toute crade deux nuits avant…)

 

Arrive le moment où on réalise que ça aurait largement pu être pire, qu’on aurait pu se faire percuter, on aurait pu causer un carambolage, qu’on aurait pu mourir ou d’autres choses comme ça. Puis on vérifie que le garage ne sois pas par hasard ouvert le samedi. Mais non ! Il est censé ouvrir à 8h30 lundi, pas de soucis nous y serons !

Sauf que ce matin, oui oui dimanche, un numéro inconnu m’appelle. Je réponds, imaginons que nous ayons gagné au loto ? ! Hélas, nouvelle angoisse, le garagiste… Déjà il m’engueule parce que la voiture est devant son portail. Je lui explique, il se radoucit, avant de me porter un énorme coup de massue : « mais Madame, je suis venu récupérer le courrier et je pars aujourd’hui en vacances. Le garage est fermé pendant un mois ». Et maintenant on fait quoi ?

Au passage, lui aussi m’a dit que la durites turbo était un gros problème récurrent chez Nissan. Ce qui inspire tellement confiance, quand on sait que nous avons acheté le véhicule neuf il y a un peu moins de six ans, et que nous en prenons grand soin !
Là, dans l’impasse, je ne sais pas vraiment quoi faire, à part peut-être mettre le feu à notre Qashqai ? !

J’ai un peu l’impression d’être dans un film genre Destination Finale. J’aurais quand même préféré que Chéri me fasse le coup de la panne classique, pour me pécho sur la banquette, en dehors de l’autoroute, plutôt que de nous retrouver dans une situation dont on ne sait pas encore comment se dépatouiller….

Suite au prochain épisode en espérant que la fin sera bonne.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette case pour choisir un article à mettre en avant

Comments links could be nofollow free.

Commentaire sur “Le coup de la panne