Je me sens mieux… 8


Ce titre peut te paraître bizarre si tu viens de débarquer par ici. D’ailleurs seuls ceux qui sont là depuis au moins deux ans auront peut être compris ce à quoi je fais allusion.

En fait pour résumer, il y a cinq ans j’ai eu des ennuis de santé niveau thyroïde, ce qui m’a valu une opération pour enlever un gros nodule et la moitié de la glande sur laquelle il se trouvait (avec une horrible cicatrice dans le cou genre je me suis faite égorgée) à ce moment là des angoisses ont commencé à faire leur apparition. Six mois après, alors que je consultais mon gynéco pour savoir pourquoi je n’arrivais pas à tomber enceinte de mon 2ème enfant, il me découvrait un très gros kyste à l’ovaire gauche. Pas de chance ! Nouvelle opération, un ovaire et une trompe en moins. Suite à ça j’ai commencé à sombrer et je me suis retrouvée à errer dans des couloirs très noirs. Je commençais à devenir ce qu’on appelle « hypocondriaque ».

Au début je n’ai fait qu’y passer et comme je suis tombée enceinte de Poussinet très rapidement après cette dernière opération, ça allait encore. Puis quand il a eu un an, je me suis enfoncée, toute seule comme une grande dans un grand tunnel fait de pensées morbides, d’une très grande peur de la maladie et plus profondément de la mort. C’est simple, à cette époque je passais mes journées à me toucher de partout et m’observer de près voir s’il n’y avait pas quelque chose d’anormal. Je me suis retrouvée un soir en pleine crise d’angoisse aux urgences demandant une mammographie, et aussi chez le dentiste pour qu’il regarde s’il n’y avait pas une bosse anormale dans ma gencive, et j’en passe. Ça peut paraître idiot et ridicule et donner envie de se moquer mais j’étais profondément mal, paniquée et me sentais très seule. Je l’étais ! Mon mari en avait vraiment marre et je ne trouvais aucun soutien nulle part. Plus les jours passaient et moins je savais comment j’allais pouvoir me sortir de ce merdier dans lequel ma tête m’avait plongée. Inutile de préciser qu’à ce moment de ma vie je ne voyais personne, je restais enfermée avec mes enfants à attendre que mon mari rentre du boulot pour lui poser des questions absurdes.

Et puis j’ai consulté un naturopathe, quelqu’un que nous connaissions dans un tout autre domaine. Nous avons énormément discuté lui et moi, pendant 3 heures je crois. Il m’a fait me poser les bonnes questions. Il m’a sauvée !

C’est bête à dire comme ça mais je ne peux pas le formuler autrement. Cet homme m’a littéralement sauvée ! (Fred si un jour tu lis ça, mille fois merci et encore ça ne suffit pas !). Les jours et semaines qui ont suivi notre rdv je me suis repassé en boucle ses paroles jusqu’à me rendre compte que c’est lui qui avait raison et qu’il fallait que j’apprenne à me détacher de ces angoisses, tout en vivant avec. Parce que que les choses soient claires, quand on est hypocondriaque on n’arrête pas de l’être du jour au lendemain. Ce sont des peurs qui restent à vie. Mais on peut se « soigner » un peu. Déjà je me suis fait violence et j’ai arrêté de chercher sur Google au moindre bobo que ce soit pour moi ou mes enfants. Aujourd’hui je ne le fais plus du tout et je me sens libérée d’un poids énorme. Puis j’ai commencé à m’occuper l’esprit encore plus, j’ai repris mes études, j’ai commencé la guitare, je me suis ouverte aux autres et me suis fait des copines, une amie. J’ai aussi (re)commencé à prendre soin de moi, à me faire coquette. Tout pour ne pas avoir le temps de penser aux ténèbres qui étaient là à me guetter et à m’attendre. Le naturopathe m’avait conseillé de prendre des gouttes de Fleurs de Bach en cas de crise d’angoisse, je n’en ai jamais eu besoin.

Il est possible de sortir de l’hypocondrie ! 

Ou du moins de se sentir beaucoup mieux…

Le 15 janvier je me suis rendu compte que ça faisait un an que je me sentais mieux, mais c’était trop tôt pour en parler ici, je n’avais pas encore le recul nécessaire pour évoquer tout ça librement et j’avais toujours cette peur de replonger. Un peu comme un alcoolique sevré qui repense à sa bouteille, on n’est jamais guéri. Je sais que du jour au lendemain ça peut revenir. Mais j’ai remarqué que j’arrive à être un peu plus détachée face aux maladies dont on peut me parler (merci à ma copine infirmière qui me raconte souvent des choses dont je pourrais me passer mais que j’écoute parce que finalement ça m’aide à me détacher de cette peur panique. La thérapie du mal par le mal).

Je ne sais pas très bien pourquoi je te raconte tout ça, d’autant plus que j’avais dit que je serais brève et que j’ai encore écrit un roman. Je me dis juste que si moi j’en suis sortie, toi qui pourrais te sentir concerné tu peux t’en sortir aussi !!

moi

 

☆ Aujourd’hui je me sens bien et depuis je (re)vis ! ☆

signature

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette case pour choisir un article à mettre en avant

Comments links could be nofollow free.

8 commentaires sur “Je me sens mieux…

  • Djahann

    C’est vraiment chouette que tu ais réussi à surmonter tout ça. Ce n’est pas simple quand on souffre de quelque chose qui n’est pas compris par l’entourage et qu’on ne trouve pas de soutien

  • Mm'Alice

    J’ai découvert ton blog il y a peu de temps, j’ignorais donc cette phase difficile que tu as vécue. C’est déjà très courageux d’en parler. Et c’est vraiment bien de dire que tu vas mieux, ça doit te libérer !

  • Sweetdaddy

    « Ça peut paraître idiot et ridicule et donner envie de se moquer » : pas du tout je trouve, mais après chacun réagit à sa façon forcément. Mais quand tu as des gros problèmes de santé, à plusieurs reprises, en un sens je comprends que tu puisses avoir peur que cela arrive à nouveau, je trouve ça naturel en fait. Mais que ça devienne une obsession à chaque instant, là ça devient pathologique et très mauvais. Mais tu as réussi à te bouger et à en sortir, c’est ce qui est important et bien, car certains doivent rester ainsi et s’y enfermer à vie malheureusement :/