Consulter, vais-je oser ? 33


Ça fait trop longtemps que ça dure, trop longtemps que ça me procure des angoisses, que ça m’obsède. Trop longtemps !

Ça a commencé en juin 2010 quand une de mes tantes nous a annoncé qu’elle avait un cancer du sein à 49 ans. J’ai eu très peur pour elle, peur de la perdre. Peur pour ses enfants, mes cousins. Peur ! Puis j’ai mis ça dans un coin de ma tête et j’ai essayé de ne plus y penser.

Jusqu’en août 2010 où on m’a trouvé un nodule sur la thyroïde, ce qui m’a valu l’ablation de la moitié de ma thyroïde, un traitement à vie et surtout une grosse frayeur.

J’ai alors pris conscience que je pouvais mourir, laisser Poulet et mon enfant (à l’époque Poussin avait 18 mois). Je me souviens avoir énormément pleuré en attendant les résultats d’analyse, la peur au ventre (et surtout dans la tête).

La vie a repris son cours, plus tout à fait comme avant. J’ai perdu un peu de ma joie de vivre.

Puis en mai 2011 après de grosses douleurs dans le bas ventre d’un côté, on a diagnostiqué un kyste à un ovaire. Là j’ai sombré ! On m’a enlevé le kyste qui était si gros que l’ovaire et la trompe sont partis aussi.

J’ai moins pleuré mais j’ai beaucoup stressé. J’ai à nouveau imaginé le pire.

Entre temps, après un an de traitement, ma tante a été déclarée en rémission. Nous l’attendions ce mot, surtout elle !

Je pensais que ça me permettrait d’aller mieux (c’est assez égoïste au fond) mais ça n’a pas été le cas. Pas du tout !

Il y a des jours où ça va et d’autres jours où j’ai peur (ma thyroïde est pourtant bien réglée avec le traitement, je ne suis pas en hypothyroïdie, ça aurait pourtant pu expliquer ce gouffre sous mes pieds parfois, mais non). Quelques fois j’ai tellement peur que je fais de grosses crises d’angoisse. Je me sens oppressée, à la limite de la suffocation.

J’arrive à me raisonner (un peu) et ça passe. Mais au fond, dans ma tête c’est toujours là, ça m’obsède. Les démons me guettent et ont du mal à me laisser tranquille.

J’ai très très très peur de la maladie et de la mort. Peur de souffrir aussi. Pour moi mais surtout pour mes enfants et mon mari. Je vis dans un stress permanent et ça n’est plus possible ! Je vis un enfer et surtout LEUR fais vivre un enfer !

Je pensais pouvoir m’en sortir seule, me faire violence pour que cette partie de moi ne ressorte pas mais… je suis bien obligée de constater que ce n’est pas vrai. Ça revient, ils reviennent, souvent ! Trop souvent ! Il suffit d’un petit truc, une petite douleur et hop je ne suis plus là mais ailleurs, je ne suis plus tout à fait moi-même.

Poulet me dit d’aller voir un psy, mais me retrouver assise dans un fauteuil à raconter tout ça à un inconnu qui prendrait des notes sans rien me dire, je pense que ça ne m’aiderait pas plus.

Puis vendredi soir Poulet est rentré du boulot et m’a parlé d’un collègue qui a vécu quelque chose de similaire. Au fur et à mesure qu’il me racontait, je me disais « oui c’est ça, il a côtoyé les même démons que moi ». Il a consulté un psychothérapeute qui lui a expliqué et donné les clés pour les ranger dans un coin et faire en sorte qu’ils ne reviennent pas ou s’ils reviennent, savoir faire face et les chasser. Ça fait plusieurs années maintenant et il va mieux, il va bien même. Il s’en est sorti !

Je pense que j’ai trouvé une partie de la solution, maintenant reste à savoir si je vais oser sauter le pas… et franchement pour le moment je ne sais pas.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette case pour choisir un article à mettre en avant

Comments links could be nofollow free.

33 commentaires sur “Consulter, vais-je oser ?

  • dehan

    bonsoir,
    votre histoire n est pas la meme que la mienne…mais j ai eu le courage d aller consulter une psy depuis 2 ans bientot…le cas n est pas similaire mais je peux te dire que ça m a tres bien aider…je n oubli pas mais je fais fasse et cela m a ouvert les yeux…je suis de tout coeur avec votre démache et espere que vous sauterez le pas…n ayez pas peur…au debut cela peut etre bizarre mais au bout de 2 ou 3 séances on se livre naturellement…bon courage

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Merci pour votre message, je pense effectivement que je vais sauter le pas. Ça ne peut pas me faire de mal, au contraire.
      J’espère qu’un jour j’arriverai à me sentir mieux par rapport à ça !

  • maman d'aboo d''chou

    Plusieurs solutions s’ouvrent à toi :
    D’abord je suis certaine (mais sans aucune garantie, je te laisse faire les recherches de ton côté, surtout que je ne sais pas où tu habites) qu’il existe des groupes de paroles pour les hypochondriaques.. Un peu style alcooliques anonymes. Déjà ça te permet de te rendre compte que tu n’es pas seule, pas folle, pas anormale. Avoir du monde qui vit les mêmes choses peut t’aider. Ca peut aussi te faire des relations à qui parler, qui ne te jugeront pas parce qu’ils vivent ou on vécu les mêmes angoisses que toi, éventuellement des personnes à appeler à un moment où le gouffre te dépasse… Je suis sûre que ça existe, ça doit exister (et si ça n’existe pas, ça devrait)… Parle-en à un psy ou un généraliste, peut-être qu’ils en connaissent, ou trouve sur internet peut-être…
    Ensuite, oui, la psychothérapie. Mais attention au mot psychothérapeute : n’importe qui peut afficher une plaque avec ce mot, alors que le titre psychologue nécessite des études. C’est couillon, mais ça te permet d’éviter les charlatans. Ne va pas chez un ami d’ami qui est psy, c’est le meilleur moyen de te brider : j’ai eu ça, ct une amie de mon père. résultat j’avais jiminy criquet qui me rappelait en permanence le lien et je ne pouvais pas me lâcher (surtout qu’à l’époque, ado, ct sur mon père qu’il fallait que je parle). Un psy d’ami, oui, parce que tu sais que c professionnel, mais pas un ami d’ami. Pas de connaissance non plus. Le mieux c’est encore qu’il te soit conseillé par ton généraliste ou ton pédiatre : tu restes dans la ligne médicale, donc en confiance.
    Enfin, plus rapide comme solution, mais très temporaire : les fleurs de Bach, juste pour les moments où tu sombres… Le remède RESCUE, dispo en pharmacie sans ordonnance, aucun effet secondaire, aucune contre-indication, 2 pschitt sous la langue, ça t’aidera à t’aider (c pas des psychotropes, mais en complément du « je m’arrête, je me raisonne, je respire, eh bien ça fait un plus). Pense à avoir sous le coude deux ou trois exercices de méditation, plus ou moins rapides en fonction du temps que tu as devant toi (tu en as qui durent 2 minutes, pendant que tu te caches dans les toilettes pour que tes loupiots te fichent la paix à ce moment).
    La sophrologie ou le Yoga, si ça te parle (là c’est vraiment en fonction des personnes, faut faire un cours d’essai).
    Le sport, thérapie universelle pour te vider la tête. Pour moi ce qui marchait le mieux ct la piscine (mais depuis que j’ai déménagé j’aime moins, le cadre a changé, c’est con les habitudes quand on apprécie pas le changement derrière), parce que ct silencieux (la brasse coulée, tu passes la moitié de ton temps sous la flotte donc au calme), impossible de faire autre chose dans le même temps que respirer et avancer, et j’avais l’impression que mes angoisses et mes soucis s’enfuyaient dans les bulles que je faisais… Je les visualisaient enfermés dans ces bulles et exploser à la surface. Si tu aimes la visualisation (je crois que c un peu de la sophrologie, mais je ne sais pas, j’ai jamais fait ce cours là), tu peux faire pareil dans ton bain (mais j’aime moins mettre ma tête dans l’eau chaude que l’eau fraiche de la piscine).
    Voilà mes conseils.

    Par contre, tu as déjà fait un grand bout de chemin en acceptant que tu aies besoin d’aide, ne t’arrête pas là, ce serait trop dommage.
    Bon courage
    Bisous

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Coucou Sophie, j’espérais secrètement que tu commentes, je suis contente ! J’ai confiance en toi et dans ce domaine là encore plus !
      J’ai commencé à en parler un peu au collègue de boulot de Poulet qui s’en est bien sorti et il va me conseiller sur le psy. Je vais effectivement consulter. Après cet article et avec tous les commentaires que j’ai eu/lu j’ai compris que ça me ferait le plus grand bien et que c’était sans doute ça la clé. J’en ai besoin.
      Bref, merci pour tes conseils
      (je vais éviter la brasse parce que je ne sais pas nager en fait et je risque de couler pour le coup 😉 )
      Bisous

      • maman d'aboo d''chou

        Tu sais, quand tu espères secrètement que je vais commenter, le mieux est encore d’espérer moins secrètement ! 😛
        Enfin avec un sujet comme celui-ci tu prenais peu de risques, tu savais que tu me toucherais et que j’aurais envie de te répondre… Le seul qui aurait pu m’en empêcher c’est le lutin dans mon ventre… ,)
        Pour la nage, ça s’apprend à tout âge, tu sais, et avec un bébé de 4 ans, ça peut être l’occasion d’apprendre à deux ! 😉
        J’en profite pour te dire que j’ai entamé un blog moi aussi, je serais fière que tu prennes un peu de temps pour lire mes bafouilles, je te laisse donc le lien (ya des histoires de médecine, par contre, mais s’il y en a une de très choquante, elle débute par un avertissement, donc je ne prends personne en traître. Et puis ya des histoires de maman. Et des histoires de femme… j’ai décidé de ne plus séparer mes personnalités multiples ! 😛 )
        Bisous

        • Maman Poussinou Auteur de l’article

          Oui pourquoi pas apprendre la nage avec Poussin, c’est une idée. En fait, je sais un peu mais sur de petites distances et les mouvements ne sont pas bons… 🙂
          Pour ton blog, je file lire un peu (mais je vais zappeur tout ce qui est médecine, choquant ou pas, j’espère que tu ne m’en voudras pas 😉 ) le reste en revanche m’intéresse !!
          Merci encore 🙂
          Bisous

  • la farfa

    Tu vois, je ne l’ai encore dit à personne, à part Phil mais j’ai entamé une psychothérapie depuis peu. Et ça aide bien. Ma psychothérapeute ne reste pas sans rien dire, elle intervient, m’oriente quand il y a besoin, voire m’a même donné une idée pour ma recherche d’emploi.
    Pour trouver le bon psy, il faut prendre son temps, se renseigner si besoin (et si possible) et ne pas hésiter à aller en voir plusieurs si le courant ne passe pas.
    Bon courage, c’est une décision difficile à prendre mais je pense que tu ne le regretteras pas.

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci la farfa pour ton message et ton expérience. Après cet article et suite à vos commentaires, j’ai enfin compris que oui il fallait que je me fasse aider. J’ai commencé à en parler un peu. On va me donner le nom d’un ou une bon(ne) psychothérapeute dans les environs. J’espère que ça me fera du bien et que ça me permettra d’aborder ça autrement et de ne plus avoir peur comme actuellement.
      Merci et bisous

  • PetitDiable

    Je suis désolée de voir ce que tu traverses. Et je te conseilles vraiment de sauter le pas! Au pire rien ne change, au mieux tu apprendras à gérer tes angoisses, et donc tu n’as rien à perdre, fonce!

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci PetitDiable, j’ai effectivement compris ça grâce à cet article (j’ai bien fait de l’écrire). Je vais sauter le pas car comme tu le dis, je n’ai rien à perdre. J’espère que je vais vite aller mieux !
      Bisous

  • Alice

    Finalement nos angoisses font partie de nous et il est difficile de franchir le cap pour s’en débarrasser…
    mais en effet, je crois qu’il faut aller vers l’allègement, la résolution pour toi, pour eux.
    Courage…

    (une ex-hyper anxieuse et angoissée qui l’est toujours mais de manière non handicapante)

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      C’est par période chez moi. Là par exemple ça va, j’angoisse mais de façon modérée et ça ne se ressent pas trop. Il y a 15 jours c’était pas ça du tout…
      Merci 🙂 je vais aller voir quelqu’un, je vais le faire aider

  • Anahita

    Si tu oses le dire publiquement, tu pourras aussi le dire à ton psy. Et qui contrairement à ce que tu penses, participe au dialogue et peut beaucoup aider, surtout dans ce genre de cas où la peur semble déraisonnée.
    Une psychanalyse peut s’avérer très longue, mais si tu as l’envie d’aller mieux, tu verras que les bienfaits peuvent être considérables. On se met à poil au début et après ça devient la routine!
    Bon courage.

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci, c’est vrai que après avoir écris cet article (ce qui n’a pas été simple) et lu les commentaires, je me suis rendue compte qu’il fallait que je me fasse aider. Reste plus qu’à trouver le bon psy à qui confier tout ça

  • mam'Zelle A

    Ca fait quelques années que je me pose cette question… j’y vais / j’y vais pas… Pour le moment je n’ai pas encore sauté le pas mais je crois que ça me ferais du bien. J’ai ce petit quelque chose qui me gache la vie et j’aimerai bien trouver la solution pour l’envoyer ballader…
    C’est déjà très courageux à toi d’en avoir parlé ici, peut être une première étape.
    Courage ♥ et bisous

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci Mam’Zelle A je pense effectivement que je vais sauter le pas, je n’ai rien à perdre bien au contraire. Si ça peut me permettre de retrouver mon petit grain de folie et d’insouciance… Ou même tout simplement me libérer d’un peu de ce poids, ce serait déjà génial !
      Bisous et j’espère que toi aussi tu arriveras à te débarrasser de ce petit truc qui te gâche la vie !

  • sophie maman piplette

    Je suis désolé de lire tes angoisses, tes peurs… parler peut vraiment t’aider, puis un psy tu peux toujours essayer pour voir si cela te fait du bien !! ce n’est pas facile de vaincre ces démons mais je suis sur que tu vas y arriver !!! bon courage et je t’embrasse !!!

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ton commentaire. Je vais aller consulter. J’ai pris conscience suite à cet article et aux commentaires que je n’avais rien à perdre bien au contraire alors je vais sauter le pas…
      Bisous

  • NiouzMum

    Je n’aurais pas dit mieux que La Farfa : il en existe qui ne restent pas à écouter et noter sans rien dire mais qui interviennent pour te guider ; et tu peux en faire plusieurs avant de trouver « le bon », celui avec qui tu accroches …
    J’ai moi-même (eu ? – pas sûre que ce soit terminé) pas mal d’angoisses l’année dernière, pas vraiment hypocondriaques mais sur d’autres registres et, même si on n’a pas encore trouvé la cause (il faut savoir que ça peut être long), ça me fait du bien d’y aller … Le tout c’est d’arriver à sauter le pas, plus tôt on le fait et mieux c’est finalement …
    Bon courage !
    PS : tu n’as pas une carence en Fer et/ou en vitamine D ?

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci pour ton message, je crois effectivement que j’ai intérêt à y aller. Je n’ai rien à perdre, au contraire.
      Qu’est ce qui te fait penser à une carence en fer et/ou vitamine D ? Parce que tu as ptet bien raison !
      Bisous

  • Swettylux

    oui pas facile quand on a des peurs de angoisses , moi meme j’ai eu des peurs car ma mere ayant eu un cancer du sein je dois moi aussi me faire controler , et quand je sent une douleur ou autre j’ai touours peur aussi de l’avoir meme si je suis jeune encore !!
    mais peut etre que parler te ferai du bien ; t’aiderai enfin je l’espere et j’espere que tu arrivera a trouver !!
    bisouss et courageeeee

  • mon ménage à cinq

    Il y a psy et psy… Le cliché du psy qui prend des notes ou qui ne parle pas, ouf il n’y a pas que ça !
    Moi j’ai passé qqs années en psy et sans ça, je n’aurai jamais eu d’enfant… C’est bien, ça fait du bien, ça permet de voir et comprendre les choses autrement. J’ai eu beaucoup d’échanges avec ma psy… Le tout est de trouver qqn qui te convienne, quitte a en essayer plusieurs. Par contre, oui, ça prend du temps, il ne faut pas se mentir, on n’évolue pas comme ça du jour au lendemain… ! Moi je te dirai d’y aller, car même s’il y a des moments durs, au final, tu gagnes tellement…

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ton commentaire. J’ai effectivement compris après avoir écrit cet article et lu vos commentaires que j’avais tout à gagner à aller consulter. Je vais donc sauter le pas. J’espère que je trouverai quelqu’un de bien qui pourra m’aider comme il faut.
      Après je suis un peu perdue entre psychologue, psychothérapeute, psychanalyste,… Je ne sais pas vers qui me tourner.
      Bisous

      • la farfa

        Tu peux peut être demander conseil à un médecin? (moi, ça avais été plus « facile ». j’ai une amie qui fait son internat en psychiatrie (médecine). Il a juste fallu que j’ose lui en parler.
        Sur ces conseil, j’ai opté pour une psychothérapie. La différence avec psychiatre, c’est que ce n’est pas forcément un médecin donc peut pas faire d’ordo de médicament (j’aime autant) et pas remboursé par la sécu dans mon cas.
        Elle m’avait conseillé une psychothérapie car pb de manque de confiance en soi et angoisses. Apparemment, une psychothérapie travaille plus sur tes blocages psy, qui se sont formés au cours de tavie, de ton vécu. Mais je n’ai pas de point de comparaison avec les autres suivis donc mon témoignage est parcellaire.
        (rho… je sors des jolis mots moi, ce soir. ^^)
        Bises!

  • Lili

    pour réparer sa voiture on va voir un garagiste, pour une angine un géneraliste, pour un probleme plus intime, plus profond, un psy, aucune honte… j’ai consulté une fois, et ça m’a fait un bien énorme, si tu veux en parler, n’hésite pas.
    Je te souhaite courage pour oser franchir le pas, mais promis, d’en parler à une personne exterieure, c’est vraiment bien. bisous

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci Lili pour ton commentaire 🙂
      Je pense effectivement que cet article et surtout les commentaires m’auront permis d’y voir pus clair. Je vais aller voir quelqu’un ! J’espère vite trouver la bonne personne. Et j’espère surtout que ça va vite m’aider. C’est par période hein, là en ce moment ça va mieux mais demain ça peut revenir…
      Bisous

  • une maman créative

    Je pense que ton questionnement cheminera mais tu as les réponses à tes questions en toi, et surtout les clés pour aller mieux, si tu peux être aidée pour les trouver alors ça peut être positif..pour cela il te faudra trouver une personne à l’oreille attentive et ce n’est pas évident.
    J’ai consulté il y a quelques années et même si ces personnes ne m’ont pas aidé le fait de me poser certaines questions m’a botté les fesses pour aller mieux.
    Je te souhaite d’aller mieux et de trouver l’apaisement.
    Je t’embrasse!

    • Maman Poussinou Auteur de l’article

      Merci beaucoup 🙂 effectivement il faut trouver la bonne personne. Mais je vais tenter de la trouver parce que je crois que j’ai tout à y gagner. Il me manque ça : me poser les bonnes questions et les clés pour aller mieux. Si quelqu’un peut m’aider à les trouver, ce sera jackpot pour moi !!
      Gros bisous à vous 4